Cet article a été rédigé à l’origine sur le blog Milkcheck – Blog qui blend la com’ par Pauline

Nouveau complément alimentaire ? Dernier outil technologique en vogue ? Façon Originale de Manger des Œufs ? Vous ne savez pas ce que signifient ces initiales et pourtant, les internautes du monde entier les utilisent fréquemment en ce moment ! Petite session de rattrapage…

Le syndrome « FOMO » ou « la peur de manquer ce qui se passe autour de vous »

Publié le 14 mai dernier dans « the urban dictonnary », le terme FOMO ou (« Fear of missing out ») désigne « l’angoisse de manquer quelque chose ».

Cet état se décrit de deux manières différentes ; il peut être une forme d’addiction (on définit alors les personnes comme étant des « Internet addict ») ou atteindre un état de compulsion. Comme l’explique Jean-Charles Nayebi, cela se traduirait par « une envie irrépressible de se connecter à des réseaux pour savoir ce qu’il s’y passe, pour ne pas rater un événement ou laisser échapper une information intéressante. »

Mais qu’est ce qui caractérise exactement ce phénomène ?

Les réseaux sociaux à l’origine de ce syndrome

Au programme de votre samedi soir : LA soirée de fin d’étude à ne pas manquer et prévue depuis plusieurs semaines ! Ah oui mais vous aviez programmé une soirée « potins » entre filles (ou « FIFA » entre mecs) justement ce soir là… Et zut, le garçon/la fille de vos rêves vient de vous envoyer un texto qui pourrait tout changer entre vous… « Dispo pour un verre ? ». Certains envieux diraient que vous êtes très demandé(e). Mais non ! Votre inquiétude à vous c’est de savoir quelle soirée choisir afin d’être là où il fallait être pour passer LA meilleure soirée.

Ce phénomène n’est pas nouveau mais, avec l’utilisation croissante des réseaux sociaux, il se démultiplie en live sur nos écrans (source), au point de générer une véritable angoisse.

Principalement décelé chez les adolescents soucieux de leur image et de leurs relations sociales, cet état se répand aujourd’hui à une plus large population. En effet, vous découvrez tout d’abord, via leurs profils/photos/vidéos, que vos amis passent des moments exceptionnels. C’est alors que le syndrome du FOMO, aussi définit par le World of psychology comme la « peur de rater quelque chose de mieux que ce que vous êtes en train de faire » apparait (source). Mais, lorsqu’à votre tour, vous recevez de multiples propositions d’événements, vous ne savez alors plus lequel choisir ! C’est cette « multiplicité des possibles » qui pourrait, selon Alain Dervaux, psychiatre à l’hôpital Sainte Anne à Paris, « remettre en question notre capacité à faire des choix ».

Hyperactivité et hyper-connectivité

En ce moment même, votre Smartphone est-il connecté par défaut à vos réseaux sociaux ? Êtes-vous submergé(e) par des notifications et avez d’ailleurs appris trois fois de suite que c’était une fois de plus R. Nadal qui avait gagné Roland Garros ou encore que Miley Cyrus allait se fiancer (Miley qui ?) ? Ou êtes-vous peut-être occupé(e) à rafraichir votre page Facebook toutes les 5 secondes afin de voir si vos amis ont commenté vos photos de la soirée de la veille ? Si c’est le cas, il y a de forte chance que le syndrome FOMO vous atteigne d’ici peu…

En effet, engendré par le besoin incontrôlable d’intercepter la meilleure information, une autre facette de cette maladie est l’hyper-connectivité. Ouverture des mails, de vos pages Facebook, Twitter, Pinterest et autres à n’importe quel moment de la journée, cette tendance à l’hyper consommation d’information est décuplée notamment avec l’arrivée des Smartphones qui vous mettent à disposition toute l’information du moment.

Trop d’info tue l’info

Et, comme nous en parlons dans l’article sur la curation, au-delà du simple fait de recevoir de l’information, les utilisateurs peuvent maintenant la partager. L’important pour prétendre à la réputation de « pusher de liens » est de proposer la bonne info, triée sur le volet et, si possible, avant tout le monde.

Selon Brice de Gliame, expert des questions de nouvelle technologie, « le Web participatif permet à n’importe quel internaute de créer du contenu et de le diffuser, ou simplement de relayer de l’information à sa ou ses communautés ». Et c’est dans ce cadre qu’apparaissent les notions « d’infobésité » ou encore d’ « information overlead » qui désigne, de façon générale, l’« ingestion par une personne d’une quantité excessive d’informations qu’elle ne parvient pas à gérer et à éliminer, faisant alors de la rétention d’information, au détriment de son agilité intellectuelle et de son confort documentaire » (source).

Maladie incurable ?

A force de ne plus savoir choisir entre toutes les informations qui vous sont communiquées ou évènements auxquels vous êtes invités, vous pourriez vous retrouver à 23h ce samedi soir devant votre écran, à attendre de pouvoir partager la dernière information juteuse ou à espérer qu’une proposition de soirée encore plus exceptionnelle ne se présente !Photo du film « Le journal de Bridget Jones »

Mais pas d’inquiétude, cette maladie n’est pas incurable. Dites-vous que chaque soirée apporte son lot de surprises, décidez-vous, ne mettez pas votre vie sociale de côté et vous ne finirez pas seul(e) entouré(e) de vos animaux de compagnie !